• Franck BOUYSSE - Plateau

    Franck BOUYSSE - Plateau

    Une amie enthousiaste avait prêté à Claire plusieurs ouvrages de Franck Bouysse dont le dernier "né d'aucune femme". Elle n'a pas été emballée par le dernier ouvrage en date mais dans le lot, "Plateau" a émergé. Claire y a trouvé "du souffle" et m'a conseillé de le lire même si j'étais plutôt réticent. Je suis rarement satisfait par la littérature contemporaine.

    je m'y suis donc attelé.

    Le roman se lit bien. Mais passée cette qualité, on peut se poser la question de celle du propos. Franck Bouysse sait mener son affaire, établir des situations, une ambiance, des personnages avec des chapitres très courts mais j'ai trouvé que tout cela manquait de chair. J'ai trouvé les personnages assez peu consistants, les situations un trop taillées à la hache, des personnages avec leurs complexités mais qui mériteraient davantage de soin et de temps pour les développer. J'ai parfois eu l'impression d'avoir affaire à des stéréotypes.

    Quant à l'écriture, il peut y avoir de jolis passages mais gâchés parfois par des épithètes incongrus. Je me souviens par exemple d'une "ampoule hottentote" pour signifier qu'elle devait être grosse. Hottentote... en Corrèze... Il y aussi des facilités, des métaphores inopportunes.

    Quant au mécanisme, c'est peut-être quelque chose que je retrouve beaucoup sur certaines quatrièmes de couvertures lorsque je vais en librairie. il y a des mystères, des non-dits, des secrets de famille qui vont être découverts, être dévoilés au lecteur au moment opportun (ou non d'ailleurs). J'imagine d'ailleurs que c'est ce qui fait qu'on tourne les pages et que nous le lisons si facilement: c'est parce que nous voulons avoir cet effet de dévoilement entraînant une dépendance non par la beauté du texte, la complexité des sentiments et des situations mais par une attente avide, une attente savamment entretenue.

    Je ne vais pas relire du Franck Bouysse de sitôt. (j'ai toujours un peu mauvaise conscience de ne pas apprécier un livre recommandé)

    « Arthur Koestler - Croisade sans croixDouglas HOFSTADTER et Emmanuel SANDER - l'Analogie, Coeur de la pensée »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :