• Jacques ROUGERIE - procès des communards

    Jacques ROUGERIE - procès des communards

    L'avantage quand on fait les bouquinistes et qu'on achète des livres pour lesquels on se dit "tiens, ça m'intéresse ou ça peut m'intéresser", c'est qu'un jour, après lecture d'un autre ouvrage, on les retrouve sur ses étagères et ils viennent alimenter une réflexion autour d'un thème.

    J'aime bien cette collection archives chez Juillard, elle fait la part belle aux archives justement et l'auteur n'est là que pour mettre en perspective, ouvrir la réflexion, commenter des éléments mais toujours en mettant en avant les textes d'époque.

    Ici, il y a plusieurs éléments. Il y a des extraits des minutes des procès, des mémoires, des extraits aussi des débats qui ont eu lieu dans les clubs pendant la commune nous offrant un odeur de l'époque.

    Après une présentation courte de la période et des forces idéologiques en présence, Rougerie poursuit par les paroles des prévenus,. Il nous présente la grande diversité des communards, entre ceux qui risquant leur vie vont se défausser, nier leur responsabilité, ceux qui vont assumer et qui seront fusillés (Ferré), ceux qui assumeront et qui seront déportés (Louise Michel, c'est même à se demander si le fait d'être une femme ne l'a pas sauvée). Et il y aura Rossel, Général qui aura rejoint la Commune rejetant la capitulation et qui aura un regard très lucide sur la Commune:

    " Il est un point sur lequel je considère la Commune comme une expérience complète: c'est l'insuffisance des classes ouvrières pour le gouvernement. Il faut que jusqu'à nouvel ordre l'exercice des fonctions gouvernementales reste aux mains de la bourgeoisie jusqu'à ce que le peuple soit suffisamment instruit."

    Il y a également des pages sur la sociologie de la Commune, Rougerie rejette l'idée facile de correspondance entre la population parisienne de l'époque et du prolétariat tel que vu au début du XXème. Les corps de métiers, les statuts n'étant bien sûr pas les mêmes...

    Et pour finir, il y a la présentation des idées et de l'émergence de contradictions entre blanquisme, socialisme, jacobinisme, idéaux révolutionnaires...

    Sans rentrer dans les détails (il faut le lire) ce qui émerge de ces documents d'époque, c'est la grande confusion des idées. La Commune étant une sorte de grand Dazibao sur lesquels s'inscrivaient des idées variées, confuses en leur ensemble, sans réel objectif commun que ce contre quoi ils s'exprimaient (contre la misère bien sûr mais aussi contre le gouvernement de Versailles mais de nombreux communards n'avaient rien contre une centralisation du pouvoir, contre le Clergé et contre la défaite)

    « Joseph KESSEL - L'équipageCHAMPOL - Cadette de Gascogne »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :